LE PROGRAMME D’ART PUBLIC METROPOLITAIN « L’ART DANS LA VILLE»

Bordeaux Métropole associe les artistes à la fabrication de la ville et déploie sur son territoire un parcours ambitieux et original d’œuvres d’art contemporain. Lancé en 2002 avec la construction du tramway, il se prolonge en 2012 avec la déclinaison du parcours « Garonne » qui prend le fleuve comme élément fédérateur.

Ce programme d’art public bénéficie du soutien du ministère de la Culture, via la procédure de commande publique artistique. Il évolue et poursuit aujourd’hui son extension autour des grands chantiers structurants du territoire métropolitain et des enjeux liés à notre environnement.

AUX BORD'EAUX – Stalker | 137 panneaux coupe-vent disséminés dans les stations du réseau tramway – 2003

Découvrir la ville à travers la silhouette des continents, telle est la proposition de ces panneaux coupe-vent créés par le collectif Stalker et Elizabeth de Portzamparc. Via un jeu de transparences, les mouvements des passants font interagir la carte du monde et le territoire immédiat, invitant à la rencontre et aux échanges. ©Bordeaux Métropole

                     

 

PLUSIEURS FOIS – Claude CLOSKY | Cenon, Station La Morlette, tramway ligne A – 2003

Le « T » de Claude Closky – T pour Tram, Trajet ou encore Temps – compte et indique inlassablement les passages du tramway, réduisant le voyage à un décompte, en clin d’œil à notre monde surpeuplé de messages et de chiffres. De rares variations d’affichage marquent les phénomènes spéciaux. Parviendrez-vous à capter ces instants ? ©Bordeaux Métropole

TRAVELLING - Elisabeth BALLET | Pessac, Station Unitec, tramway ligne B – 2004

« Sole medere pede ede perede melos » signifie en latin « solitaire, soigne-toi par la poésie, compose, recompose tes chants » et peut se lire de gauche à droite ou inversement. Le tramway aussi effectue des allers-retours sur les lignes. Cette œuvre d’Elisabeth Ballet évoque le déplacement : celui du passager et celui du point de vue, qui articule la lecture. ©R.Escher

LIEU DIT – Michel FRANÇOIS | Lormont, Station Buttinière, tramway ligne A – 2006

 Aux abords immédiats de la station, la nature semble s'exprimer : OH, Mmm, Pssst, Zzzz, quatre messages jaillissent de la végétation. Ces onomatopées choisies par Michel François interpellent le passant et l'invitent à s'aventurer dans un bois qui contraste avec son environnement urbain. Elles promettent une surprise, un plaisir, un appel ou un repos. ©M.François

LE RÉCIT PERPÉTUEL - Melik OHANIAN | Talence, Station Peixotto, tramway ligne B – 2006

Ce drôle de mobilier urbain imaginé par Melik Ohanian est en réalité en une représentation insolite du cosmos. Les modules symbolisent notre système solaire, le soleil au centre et les planètes gravitant autour. Le plaques de verre qui les recouvrent sont gravées de mots du vocabulaire scientifique et laissent à chacun la possibilité de reconstituer son propre récit. ©Bordeaux Métropole

LE LION - Xavier VEILHAN | Bordeaux, Station Stalingrad, tramway ligne A – 2005

Un lion bleu empathique, irréel et surdimensionné se dresse sur la rive droite autrefois considérée comme à l’écart de la ville.  Symbole de vaillance et de courage, le fier animal dessiné par Xavier Veilhan abrite les passants et joue le rôle d’emblème du quartier. Son aspect géométrique très contemporain bouscule et interroge les codes de la statuaire. ©R.Escher

LA MAISON AUX PERSONNAGES – Ilya et Emilia KABAKOV |
Bordeaux, Station Hôpital Pellegrin, tramway ligne A – 2009

D’apparence identique aux autres bâtiments qui l’entourent, cette maison imaginée par Ilya et Emilia Kabakov est habitée par d’étranges et touchants locataires. Chacun d’eux vit une passion, entre rêve et folie, qui égaie sa solitude et envahit sa chambre. Derrière les fenêtres, les installations sont comme les pages d’un livre ouvert qui nous raconte leurs histoires. © Bordeaux Métropole

LES FÉES - Antoine DOROTTE | Bassens, Station La Gardette Bassens Carbon-Blanc, tramway ligne A – 2013

Au cœur de la station, trois silhouettes monumentales inspirées des pylônes de lignes à haute tension dansent une ronde électrique. Illuminé la nuit, ce totem métallique inquiétant et fascinant fait référence au patrimoine industriel des rives de l’estuaire. Cette œuvre d’Antoine Dorotte évoque l’angoisse et l’espérance que les mythes du progrès génèrent.  © A.Leroy pour Bordeaux Métropole

PANTALON DE JOGGING ET MOCASSINS À PAMPILLES – Daniel DEWAR et Grégory GICQUEL | Mérignac, Station Pin Galant, tramway ligne A – 2014

Tout est dans le titre. Des jambes de quatre mètres de haut assemblent deux éléments vestimentaires d’un style contradictoire, mais que tous peuvent reconnaitre. Cette sculpture de Dewar & Gicquel montre le rôle de la mode dans la quête identitaire qui se joue dans l’espace public. Elle réinterprète avec humour les codes et matériaux de la statuaire classique. ©Anne Leroy pour Bordeaux Métropole

COMMENCE ALORS LA GRANDE LUMIÈRE DU SUD-OUEST - Pascal CONVERT | Bègles, Station Gare de Bègles, tramway ligne C – 2015

Sur le garde-corps du pont flotte une phrase simple, visible jour et nuit. La lumière est à la fois le message et le medium. Avec cette référence à Roland Barthes, l’artiste Pascal Convert convoque la mémoire de cette ancienne banlieue ouvrière de Bègles et rappelle le rôle joué par la littérature pendant la guerre, pour soutenir l’espoir lorsqu’il n’y en avait presque plus. ©P.Convert

TRAVERSÉE – Cécile BEAU et Nicolas MONTGERMONT
Blanquefort
| Station Gare de Blanquefort, tramway ligne C – 2017

Cécile Beau et Nicolas Montgermont ont dessiné un rail qui part de la ligne de tramway et serpente au sol, s’élève jusqu’à hauteur d’oreille puis replonge dans le sol. Il permet d’écouter, comme dans les westerns, les vibrations provoquées par la circulation des wagons et qui se propagent dans le rail. Le temps d’attente devient une expérience sensible. ©JB Mengès-Bordeaux Métropole

 

LES VAISSEAUX DE BORDEAUX– Suzanne TREISTER | Bordeaux, Floirac – 2017-2020

Cette réflexion sur l’usage des technologies liée à Bordeaux et à son histoire se développe en un triptyque de part et d’autre du fleuve, composé de :

> L’observatoire/Bibliothèque de science-fiction |Rue de l’Observatoire, Floirac – 2017

Cette installation de Suzanne Treister est située dans la coupole du Grand Équatorial de L’Observatoire de Floirac et accueille une bibliothèque de science-fiction. Elle représente les idées liées aux théories des futures technologies, aux utopies et dystopies, aux débats sur les sociétés technologiquement avancées et sur la direction que l’avenir est en train de prendre. ©JB Mengès-Bordeaux Métropole

>> Visites sur rendez-vous - Réservations ici

> Le vaisseau spatial – Quai Lawton | Bordeaux – 2018

Installée aux Bassins à flot à Bordeaux, cette sculpture de Suzanne Treister est issue de l’idée de la métamorphose d’une épave de navire de la Seconde Guerre mondiale en un vaisseau spatial et donne chair au processus de mutation de la ville. Elle encourage à envisager, imaginer et construire un avenir différent. ©Bordeaux Métropole

Le puits/Bibliothèque Jacques Ellul |Parc aux Angéliques, Bordeaux - Chantier 2020

Sur les quais de la rive droite bordelaise de la Garonne, ce pavillon imaginé par Suzanne Treister abrite une bibliothèque présentant les travaux de Jacques Ellul, penseur critique à l’égard de la Technique. Elle vise à permettre au public de discuter des enjeux liés à la façon de penser les technologies ainsi que leur utilisation.
S.Treister_Photomontage © B O L D Eric Troussicot

LES FONTAINES DE BACALAN – Clémence VAN LUNEN | Bordeaux, Place Adolphe Buscaillet – 2018

Ces deux sculptures-fontaines en céramique contemporaine font référence à l'histoire de la faïencerie Vieillard dans ce quartier de la ville. L’artiste Clémence van Lunen a réutilisé et détourné les codes et thèmes de nombreuses fontaines classiques de façon ludique. Dans une explosion de couleurs enfantines, elle a ramené l’eau et la joie sur la place Buscaillet. ©JB Mengès-Bordeaux Métropole

LA VASE ET LE SEL (HOODOO CALLIOPE) – Bettina SAMSON | Bègles, rue Louis Blériot, côté rives de Garonne – 2019

Un monumental orgue à vapeur imaginé par Bettina Samson se dresse entre le Centre de Traitement et Valorisation des Déchets ASTRIA et les rives de la Garonne. Une fois par jour, ses sifflets alimentés par l’usine jouent un air évoquant la culture du Funeral Jazz et laissent émerger l’histoire coloniale et esclavagiste qui relia Bordeaux à l’île de Saint-Domingue. ©JB Mengès-Bordeaux Métropole
Rendez-vous du mercredi au dimanche à 15h08 (à partir d’avril 2020)

TRAITS D’UNION – Stéphane CARRICONDO | Villenave d’Ornon, Station Villenave - Centre Pont de la Maye, tramway ligne C – 2019

Dans une superposition de lignes délayées, cette fresque monumentale de Stéphane Carricondo joue avec les perspectives. Les tonalités d’un coucher de soleil se fondent dans le paysage en un dégradé progressif, comme une fenêtre sur l’horizon. Une frise de motifs primitifs vibrants et protecteurs invite à méditer sur notre rapport au monde et à l’autre. ©JB Mengès-Bordeaux Métropole